« Paul Celan | Lointains | Accueil | 6 novembre 1928 | Lettre de Jean Cocteau à Jacques Maritain »

05 novembre 2006

Commentaires

Quelle amusante coïncidence de trouver ce soir un poème inspiré des lignes électriques (j'ai failli écrire "éclectiques" !) après la panne de courant qui a hier affecté une partie de l'Europe ! Quelle prescience !Cependant une chose est sûre, jamais, ô grand jamais n'aurait-on chez EDF l'idée et/ou la poésie de parler si joliment d'un "pylône lancé dans son soliloque glacé" ou d'évoquer "le vent feuilloler" ...
Amitiés.

J'écoute la pluie battre contre les vitres, et je vois Angèle, enfin chez elle, écouter le vent feuilloler les branches du tilleul, s'attendre à plein d'impressions, à l'hiver ... Merci de ce beau poème, et bon courage!

Eh bien, une fois n'est pas coutume, ma chère Pascale, et la Corse a échappé à ce cataclysme général, dont paraît-il, on parle tant ! Etrange coïncidence en effet, proche de l'absurde !
Yves et moi avons beaucoup ri en te lisant!

Ouchy, je vais t'envoyer quelques photos qui vont te faire oublier la pluie. Le golfe était magnifique, cet après-midi, avec toutes ces nuances de gris. Quelle beauté! Je ne m'en lasse pas. Toi non plus, je le sais.

Pascale a raison : ils seraient bien surpris à EDF de lire ce que des fils électriques t'inspirent... Un poème doux où la métaphore filée est magnifiquement tenue.

J'aime plus particulièrement :
es-tu triste équilibriste
grésille
dans sa langue acide
le pylône lancé
dans son soliloque
glacé...

Merci Angèle !


Merci, Nobody pour l'intérêt que tu portes à ce texte. Peut-être devrais-je tenter ma chance auprès d'EDF en proposant mon poème pour une plaquette promotionnelle ? Qui sait? Encore faudrait-il que je connaisse quelqu'un à la dircom !
Plus simplement, c'est en me promenant autour de mon village que mon attention s'est plus particulièrement portée sur les pylônes et les fils qui traversent le paysage, le trouent de part en part depuis la crête des montagnes jusqu'à la mer. Je me suis amusée à faire abstraction de cet aspect, trop négatif, et à ne considérer que les éléments qui se détachaient sur le ciel. Géométrie dans l'espace. Et, tout compte fait, de l'art. Tout est question de regard.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.