« 26 novembre 1812 | La Grande Armée au bord de la Bérézina | Accueil | 27 novembre 1932 | Journal d’Anaïs Nin »

26 novembre 2006

Commentaires

Ziegler, traducteur-poète, est un passeur de textes. Ici, cette extrême économie de mots, cette concision sont celles d'un Haïkou.

Haïkou-caillou, évoquant la matérialité symbolique du langage qui confronte l'être à son désir, à ses déserts, à son desêtre...

Ce caillou de Martin Ziegler me rappelle un peu ceux de Molloy :

« Et la solution à laquelle je finis par me rallier, ce fut de foutre toutes mes pierres en l'air, sauf une, que je gardais tantôt dans une poche, tantôt dans une autre, et que naturellement je ne tardais pas à perdre, ou à jeter, ou à donner, ou à avaler. »

Samuel Beckett, Molloy

Amicizia

Nadine

Pour mieux répondre à ton commentaire, ma chère Nadine, j'ai choisi d'écrire en contrepoint LE « PAYS HAPAX » DE MARTIN ZIEGLER, que je mets en ligne à l'instant ci-dessus.
Amicizia

"Rien" ? Vague intuition, pourtant incontournable : Rien peut-il se concevoir ?

Plutôt ne serait-ce pas un retrait, une séparation ponctuelle d'avec l'idée de totalité (au sens du Tsimtsoum hébraïque) ?

Un poète comme Ziegler qui s'est tant soucié de traduire d'autres oeuvres magistrales (Hannah Arendt, René Char...) peut vouloir revivifier la parole en la portant jusqu'à son seuil initial. Laissant ainsi le vide indéfini être. S'exprime alors - comme tu le dis justement - par ce retrait même, la force du souffle qui fait résonner ce vide et essaime les éclats de la totalité (dont on est alors séparé) vers des reformulations, des ré-créations originales.

Est-ce ce que tu suggères ?

Car il me semble bien que cette pratique de l'acte poétique du retrait vers d'autres formulations t'est également familière.


Pour cette fin d'année 2006,
les éditions L. Mauguin présentent le travail de cinq artistes :

Michèle Clancy
Anne-France Frère
Annick Ranvier
Paule Riché
Martin Ziegler

exposition
dessins originaux - petits formats


32 dessins exposés, réalisés au pastel, au fusain, à l'aquarelle, à l'encre de Chine, à l'huile, sur papier ou sur bois, 32 petits formats pleins de lumière, de couleurs et de nuances.

14 décembre 2006 - 9 janvier 2007

horaires :
lundi 15h-19h / mardi au vendredi 10h30-13h 14h30-19h/samedi 15h-19h

[fermé du 23/12 au 26/12]
éditions L. Mauguin
poésie contemporaine
1, rue des Fossés-Saint-Jacques
75005 Paris
tél : 01 40 51 71 54
Rer B-Luxembourg bus 21, 27, 38, 84, 89

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.