« Pauvre Martin, pauvre pêcheur… | Accueil | Goliarda Sapienza, L'Art de la joie »

08 novembre 2006

Commentaires

une envie d'aller lire
retrouver le parfum de ce désert
tant de fois traversé...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.