« 6 novembre 1928 | Lettre de Jean Cocteau à Jacques Maritain | Accueil | Pauvre Martin, pauvre pêcheur… »

07 novembre 2006

Commentaires

Retour en jambes, sur TERRES DE FEMMES ? Retour en disponibilité, plus probablement. On imagine là-bas les éternels couchants, la mer se mouvant, la terre crissant. Il y a un peu de poussière sur l'ordinateur - hop ! un coup de chiffon. Quel livre ouvrir ? Le téléphone sonne, puis s'arrête. L'île vit. Le monde bat. JM.

Ah, Jean-Marie, quel plaisir de vous lire et de vous retrouver! Eh bien, oui, vous brûlez, c'est presque ça! Mais ici, avec la beauté des lieux qui me happe, avec la surprise des rencontres, la tentation de l'extérieur est grande, presque irrépressible. Je n'y résiste d'ailleurs pas. Alors, j'attends que la nuit tombe pour retrouver mes livres, mes cahiers d'écriture. Et mon ordinateur. Installé dans le moulin à huile ancestral. Je savoure tout le délice de cet instant.

je viens de vous lire, j'ai beaucoup aimé, je suis sommiéroise (Sommières dans le Gard). Je voulais juste vous dire que je croisais très souvent Mr Lawrence Durrell, je me souviens de lui faisant ses courses dans la petite épicerie de la place du marché, c'etait un homme très sympathique, qui parlait à tout le monde dans le village j'ai eu moi même l'occasion d'échanger avec lui quelques mots, il était très apprécié et respecté par les Sommiérois, qui à sa mort lui ont dédié un espace culturel baptisé "espace Lawrence Durrell "
salutations les meilleures
michelle

Merci, Michelle, pour ce témoignage qui nous rend ce grand écrivain si proche, si accessible, si présent. Je vous envie d'avoir côtoyé cet homme de qualité.

bonsoir c'est tout à fait par hasard que je viens de trouver votre blog, je voulais juste vous dire que moi aussi je suis sommiéroise et que j'ai souvent rencontré Monsieur Durrell, avec qui j'ai eu le plaisir même de bavarder de tout et de rien, c'était un homme simple très souriant et chaleureux, il etait très apprécié des sommiérois qui ne l'oublieront jamais, c'est certain, remerciements à vous de nous parler de ce grand monsieur, qui habitait à deux cents mètres de chez mes parents......
michelle

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.