« Sylva Kapoutikian | La lamentation des pierres | Accueil | 16 octobre 1952/Charles Chaplin, Limelight »

14 octobre 2006

Commentaires

Oui. C'est bien. Merci. On attendait des nouvelles. Voilà des nouvelles. On ne triche pas. De plus c'est écrit. Donc voilà des nouvelles. Courage. A bientôt, Angèle ! JM.

S'il te plaît Angèle
J'ai lu et relu - on peut en effet éprouver une sorte de fascination pour ce texte -
cette "piedra negra sobre una piedra blanca"*
mais je bute chaque fois sur ce petit caillou de "carrughju"...je sais c'est comme si on me demandait sans doute de traduire "le cantou" occitan
Mais peut-être sait-on jamais, aurons-nous droit à une extension du carrughju...

* Un poème inoubliable de Cesar Vallejo que je peux donner avec traduction.

=> Jean-Marie. Très Sarraute votre "Oui. C'est bien." Je ne triche pas, non. Mais peut-on tricher avec ses morts ? Merci pour ces mots. Qui me portent.
=> jjd. Oui, je sais. TdF devrait avoir son dictionnaire des odonymes. Je tiens beaucoup au mot corse carrughju (du latin quadruviu, qui désigne la ruelle, cet endroit où l'on se croise, un lieu de "rencontre" où l'on prend le temps de faire la causette). Prononcer caroudiou.
Cesar Vallejo : ta proposition me séduit et m'intrigue. D'autant plus que tous mes recueils de poésie sont en caisse et qui sait où ? Fais-moi parvenir sur ma messagerie ce poème (avec toutes ses références, selon l'usage de TdF) et je le mets en ligne. Dans les deux langues évidemment. Merci à toi.

Une autre insomnie d'octobre:

La nuit dernière
j'ai découvert
la pleine lune solitaire
baigner la mer
de sa lumière claire

Si présente à travers ce récit qui explique la vie, la mort. Pudeur, exactitude.

Chère Anghjula

Merci pour ce texte !
Per I Santi je serai au village. La lumière sera sublime, le village désert et triste et je pleurerai !
La Corse pour moi, c’est très important, et pour vous aussi. J’ai lu …
Quand j’ai enterré M… , la Corse entière a soulagé ma détresse et ça je ne l’oublierai jamais …« avva un’adghju piu nimu… » et tout ce que je suis désormais, je le dois à notre peuple, vous en êtes. Grazie tantu !

Je vous embrasse
Guidu _____

plusieurs fois revenue lire ce texte magnifique
en noir et blanc
par touches fines
peinture de mort dessins de vie

Qu'elles peuvent être fructueuses ces insomnies d'octobre ou d'ailleurs !

Brouillard dehors, brouillards dedans,
Tempête dans un cerveau,
Tourbillon d'émotions
Pensées au vent
Sommeil disparu ...

Amitiés à tous.

Chère Angèle,

Ce texte est beau à en donner des frissons...au fur et à mesure de la lecture je te voyais et les endroits que tu cites...
tendresses
Elisanne

Nous sommes au bord du silence avec vous, avec vos mots, chère Angèle, auxquels je n'ajouterai rien que mon propre silence...

Merci à tous, mes ami(e)s. Ce soir, mon coeur déborde de tendresse et d'émotion. Pour chacun/chacune d'entre vous.

La vie reprend son cours dans la même lumière dorée, dans cette même beauté étale. Mais la nuit tombe vite et la fraîcheur nocturne me fait frissonner.

Je vous souhaite à tous une bonne fin de soirée et vous dis à très bientôt sur Terres de femmes.

un p'tit mot de silence
qui t'accompagne dans la lumière
blanche de l'automne venu trop vite
un p'tit mot de silence
qui accompagne l'oiseau tout là-haut
dans le ciel gris et blanc
de l'automne.
un p'tit mot pour te dire
je pense à toi.
clem

du silence sans doute...pour goûter cette page
qui, dans ces jours si dorés et si sombres,
a tellement ouvert mon coeur à le faire... parler
(ici)
bisous, mon amie. franca

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.