« 11 septembre 1889 | Naissance de Pierre Reverdy | Accueil | Antonio Gamoneda | Entra en tu madre »

13 septembre 2006

Commentaires


Angèle,

J’ai parcouru votre site. C’est exceptionnel. C’est une merveille.

Mon éloge s'adresse à cette créature «angélique» qui ne cesse de rendre notre quotidien moins agressif, mieux vivable et surtout plus tolérable.

Vous célébrez la femme dans toute sa splendeur. La femme savante. La femme divine. La femme vénérée et sacralisée par les civilisations antiques et modernes. Toutes les femmes sélectionnées par vos soins sont des perles rares et précieuses, qui véhiculent à travers leurs pensées les valeurs de l’amour, de la résistance, de la générosité,de la bonté. Vous avez bien fait de rassembler leurs visions disparates et composites dans un cadre convivial et harmonieux, qui consacrera la pérennisation de leur rayonnement et de leur sagesse.

Votre espace est un carrefour de femmes créatives par excellence. Baudelaire disait à sa bien-aimée dans le « Balcon » : « Je crois respirer le parfum de ton sang » et moi je perçois de ma terre lointaine les souffles et haleines ininterrompus de celles qui ont la prédilection de Terres de femmes. C’est normal parce qu’elles sont en marche perpétuelle et accélérée pour ingénier un monde meilleur, un cadre ambiant, une esthétique raffinée et sublime.

Rendre hommage à toutes ces femmes, c’est témoigner du grand respect que j'ai pour la conceptrice de ce site. Une Autre femme qui œuvre pour la vénération des regards doux et des visions éclairées de ces heureuses élues.

Angèle, Vous êtes une veilleuse autour de laquelle survolent et planent des papillons et esprits féminins. Bravo pour cette œuvre grandiose où j’espère voir englober et intégrer d’autres âmes souffrantes et lumineuses.

Puissent ces mots qui émanent de mon for intérieur vous exprimer au mieux ma grande admiration pour votre travail.

En Sympathie



Bonjour Angèle,
j'ai été très touchée par votre chronique qui resitue parfaitement ce recueil de poèmes. J'ai souvent pensé à notre échange, surtout que je suis en train d'écrire un roman où les temps se heurtent à l'infini et à la mort.
Parlons-nous!
MERCI encore,
maria M

Bonsoir, Salomane et bienvenue en terres amies. Merci de ce long courrier, si émouvant auquel je n’ai, hélas, pas eu le loisir de répondre aussi rapidement que je l’aurais voulu. Merci de ce que vous me dites. Cela me fait chaud au cœur et j’ai besoin, pour poursuivre mon travail dans la voie que j’ai choisie, de témoignages comme le vôtre, emplis d’estime et d’amitié, vraie !
Je vous imagine volontiers fière descendante de la reine Méroé, voguant dans les déserts brûlants aux confins du Nil Bleu et du Nil Blanc. Mais peut-être n’êtes-vous pas aussi éloignée géographiquement que ce que je le dis. Quant au cœur et à l’esprit, je crois qu’ils sont de même nature. Et c’est bon de le savoir.
En sympathie, vraiment.


«Correspondances d’artistes»

Samedi 20 janvier à 15h00
à L’Odéon–Théâtre de L’Europe : Grande salle
Place de L’Odéon
75006 PARIS
M° Odéon/RER : Luxembourg
Bus : 63, 87, 86, 70, 96, 58

Lecture des textes inédits
de Maria Maïlat et Pierre Péju


par Carole Bergen et Valérie Delbore

suivie d'une rencontre entre le public, les deux auteurs, les deux lectrices et Krystian Lupa, metteur en scène de Zaratustra, débat animé par Sylvie Gouttebaron, Directrice de la Maison des Ecrivains.

Entrée Libre
Réservations souhaitées

site : http://www.motsparleurs.org
courriel : motsparleurs@wanadoo.fr
tél. : 01 40 09 74 23


Un petit mot de Maria Maïlat m’informe que le mardi 23 janvier, elle sera accueillie par le maire d'Evry (inauguration à 18h30) pour une résidence d’écrivain de six mois à la Maison de quartier Jacques-Prévert d’Evry (402, square Jacques-Prévert. Tél. : 01 60 78 73 19).
Je cite ci-dessous un extrait du courriel de Maria :
«Après l'idyllique Bourgogne, me voilà arpenter un des «grands ensembles» les plus stigmatisés de France avec une idée très forte, écarlate, vivante de femme avec des olives dans un sac et un cahier+stylo dans les poches. Quelle autre résistance que celle qui tisse les plis, les rencontres, les mots qui se foutent des barrières... »

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.