« Indices de présence | Accueil | Terres de femmes et les Amis de L'Amourier éditions »

19 septembre 2006

Commentaires

Italo Calvino/Les Villes Invisibles

Extrait:

"- A partir de maintenant ce sera moi qui décrirai les villes, avait dit le Khan. Et toi, dans tes voyages, tu vérifieras si elles existent.
Mais les villes que Marco Polo visitait étaient toujours différentes de celles que l'empereur imaginait.
-Et pourtant, j'ai bien construit en esprit un modèle de ville à partir duquel déduire toutes les villes possibles. Il contient tout ce qui répond à la norme. Comme les villes qui existent s'éloignent à des degrés divers de la norme, il me suffit de prévoir les exceptions à la norme et d'en calculer les combinaisons les plus probables.
-Moi aussi j'ai pensé à un modèle de ville duquel je déduis toutes les autres, répondit Marco. C'est une ville qui n'est faite que d'exceptions, d'impossibilités, de contradictions, d'incongruités, de contre-sens. Si une ville ainsi faite est tout ce qu'il y a de plus improbable, en abaissant le nombre des éléments anormaux la probabilité grandit que la ville existe véritablement. Par conséquent, il suffit que je soustraie de mon modèle des exceptions, et de quelque manière que je procède j'arriverai devant l'une des villes qui, quoique toujours par exception, existent. Mais je ne peux pas pousser mon opération plus loin qu'une certaine limite: j'obtiendrais des villes trop vraisemblables pour être vraies."

Amicizia
Guidu___

Ps: Une biographie d'Italo Calvino


Cavaliere, connais-tu les Cités obscures de Schuiten et Peeters? Elles ont nom Urbicande et Samaris et il fut un temps où je hantais leurs labyrinthes et leurs tours, leurs escaliers dérobés et leurs poutrelles, davantage désireuse de me perdre que de me trouver.
Je me souviens aussi de mon engouement pour l'abbaye de Thélème, inventée par le grand maître Alcofribas Nasier (François Rabelais de son vrai nom!). J'avais fait des schémas, des calculs savants, établi des rapports encore plus méandreux avec les Mandalas dont j'avais appris la symbolique. Et je voyageais ainsi de la tour Artice à la Mésembrine en passant par l'Hespéride et la Cryère, combinant toutes sortes d'aventures précieuses.
Il me revient aussi en mémoire, puisque les incongruités, contradictions et contre-sens sont évoqués ici, par ce texte admirable de Calvino, l'une des nombreuses versions de la Tour de Babel de Bruegel. Qui présente dans l'agencement de ses escaliers hélicoïdaux, une anomalie technique. Mais qu'importe, texte ou peinture, l'essentiel n'est-il pas de rêver les villes?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.