« Anne-Marie Albiach | la voix distincte | Accueil | Éclats d’éclats (11) : Ondulations »

21 juin 2006

Commentaires

Contre l'imbécillité des cartes postales, j'aime que l'on parle de la terre (que j'imagine de Provence) comme de quelque chose de sombre et d'assez profond.


Une traduction en italien de ce poème a été mise en ligne sur le site Imperfetta Elisse. Mille remerciements à Giacomo Cerrai pour cette initiative.



Terre d’inchiostro    annegate di ocre e bruni

stiramenti     intricati      di alberi  e di tratti verticali

in una movenza densa

verso il cielo

Annegate di ocra e bruni     terre d’inchiostro    zuppi diluiti

cupa fusoliera e linee       d’alberi slanciati       fasci reticolari

di segnali in partenza

verso l’oltre del cielo

Paesaggi di ocre e terre di siena arse        terre d’inchiostri diluiti stemperati

slavati filamenti     nere venuzze     stirate     intessute    reticelle

di latenti inchiostri

verso l’al di qua del cielo


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.