« 26 juin 1926 | Lettre de Vita Sackville-West à Harold Nicolson | Accueil | Rainer Maria Rilke | Je voudrais tendre des tissus de pourpre »

26 juin 2006

Commentaires

Je suis revenu chez vous à cause de la Vénus Hottentote. On ne se promène pas dans ce Cap Corse-là par hasard.

Oui, par hasard, sur le Pont des Arts, j'ai croisé le vent, le vent fripon et j'ai pris garde à mon jupon...d'ange.

Angèle... alias l'ange du Cap

J'ai aussitôt "chanté", chère Angèle, votre "A corps perdu" (vous ne m'en voudrez pas ?)
    qui ressemble pour le rythme à mon...

           TANGORAZÓN
      
      (une inédite chanson)

      
              Refrain

            A corazón
            A corps A cris
            Accordéon
            Des féeries

                      1

            Accords à cœur
            A corps unis
            Accords cassés
            Cœurs désunis
                           (bis)

                     2

            Una milonga
            Couteaux l’éclat
            Un tango libre
            De Piazzola
                      (bis)

                      3

            Ça se termine
            Plus ou moins bien
            C’est Colombine
            C’est Borgésien
                         (bis)

                  Refrain

           Jean Jacques DORIO
            

                      

Merci, Jean-Jacques, pour votre belle milonga inédite. Je rends hommage, au passage, au poète.

Vous êtes comme moi, vous ne résistez pas à ces rythmes enlevés et voluptueux. Nous partageons, je le vois, les mêmes images fortes!

Prière

A ces je t'aime
Qui même blêmes
Brisent avec force
Les couteaux corses

A ces idées
Un peu mâchées
Bien ressassées
Par lâcheté

A cette peur
Cette noirceur
Qui paralyse
Que tu méprises

A cette joie
A cet émoi
Au sang qui bout
Dans les remous

A mes amis
A mes amies
A ces regards
Ombrés de fard

A ces murmures
Qui nous rassurent
A cette eau pure
Fraîche et si dure

A ces mots là
Criant la haine
Qui se déchaîne
Casablanca

Aux petits riens
D'insignifiance
Aux plaisirs sains
De l'espérance

A ces parfums
Qui m'ensorcellent
A ces défunts
Qui nous rappellent

Que cette vie
Et ces envies
Nous sont donnés
A satiété

busard

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.