« Éclats d’éclats (9) : Surgissement | Accueil | 18 juin 1946 | Régine Pernoud reçoit le Prix Femina pour Lumière du Moyen Âge »

17 juin 2006

Commentaires

La poésie de Reverdy me touche profondément. Je trouve dommage qu'il soit un peu oublié actuellement.


Geneviève, je crois que vous trouverez un embryon de réponse dans cet article de Gil Jouanard. Non, Pierre Reverdy n'est pas dans "l'air du temps". Mais a-t-il jamais voulu l'être ?
Combien aujourd'hui peuvent véritablement "entendre" cette profession à l'heure du "marché" de la poésie :
"La poésie n'est pas cette chose inutile et gratuite dont on pourrait si facilement se passer - elle est au commencement de l'homme, elle a ses racines dans son destin"
(Pierre Reverdy, "La fonction poétique", Mercure de France n° 1040).

ce poète m'était inconnu
terre inconnue
pourquoi tant de poètes laissés à l'oubli?
Quel dommage...

Merci, Yves, pour ces indications.


En ce jour anniversaire du décès de Pierre Reverdy, j'aimerais dire qu'un grand poète est un poète mort, -- bien mort !


Est-ce à dire, a contrario, qu'un petit poète est un poète vivant ? Bien vivant ?

La société ne reconnaît que les poètes bien morts, cher Yves, les vivants, bien vivants, n'intéressent personne.
Le solitaire de Solesmes le savait, lui qui vivait en marge des milieux parisiens.
Tel était le sens de ma parole.

Amicizia

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.