« Yves Bonnefoy/Les Planches courbes (XIV) | Accueil | Emanuela Burgazzoli | Plan sécant »

02 mai 2006

Commentaires


C'est de ma propre initiative que j'ai rajouté en légende pop up "La poésie de Silvia Bré est moins une poésie du mot qu’une poésie des contraires". Guidu a en effet conçu ce portrait sans connaître cette phrase de Tiphaine Samoyault. Mais la rencontre entre cette phrase et ce portrait était tellement forte qu'il n'était pas possible de ne pas faire cette mise en relief. Bravo, Guidu, pour cette intuition toujours si forte qui te caractérise. C'est vraiment un plaisir de travailler avec toi. Peu de mots, mais beaucoup de présence. Ce serait une métaphore banale que de te dire, à toi le photographe : tu "m'impressionnes"... E pure...

Si si, caru Ivucciu, esatto ! « Un coup de dés jamais n'abolira le hasard ».
Grazie molto !
Guidu

poème magnifique! Je vais chercher des enseignements sur Silvia Bré. Merci Angèle.

Oui, allegra, Silvia Bre est une très grande dame de la poésie italienne. La plupart des Français l'ont découverte en même temps que la sortie du double numéro spécial de Po&sie 110, consacré à la poésie italienne de ces trente dernières années. Il y en a une autre (très grande) que l'on est en train de découvrir en France. C'est Antonella Anedda (elle était à Dijon au début de l'année). Jean-Baptiste Para (Revue Europe) est en train de préparer une traduction de ses poèmes.
En tout cas, si tu as connaissance d'éditions portugaises de Silvia Bré, tiens-moi au courant. Cela me ferait beaucoup plaisir de le savoir moi aussi...:)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.