« Yves Bonnefoy/Les Planches courbes (XXIII) | Accueil | Les mots et les autres »

15 mai 2006

Commentaires

Abel et Caïn_______

Un rappel de la Genèse 4 :

"... Adam connut Eve, sa femme ; elle conçut, et enfanta Caïn (...) Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur. Au bout de quelque temps, Caïn fit à l'Eternel une offrande des fruits de la terre ; et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ; mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu. Et l'Eternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ? Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui. Cependant, Caïn adressa la parole à son frère Abel ; mais, comme ils étaient dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua. L'Eternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas ; suis-je le gardien de mon frère ?
Et Dieu dit : Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu'à moi. Maintenant, tu seras maudit de la terre qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus sa richesse. Tu seras errant et vagabond sur la terre. Puis, Caïn s'éloigna de la face de l'Eternel, et habita dans la terre de Nod, à l'orient d'Eden. (...) "

De cette terrifiante histoire je retiendrais : " Tu seras errant et vagabond sur la terre." Ceux qui me connaissent savent !

Merci Angèle pour votre regard critique et humain !

Amicizia
Guidu ________

Ps: Abel et Caïn par Chagall


Mon cher Guidu, je constate que vous faites l'impasse sur le plus important de ce texte puisque vous omettez de citer ce qui est contenu entre les crochets.

Permettez que je complète. Voici ce que dit la TOB, Gen. 4, 1-2 :

"Elle enfanta Caïn et dit: 'J'ai procréé un homme, avec le Seigneur'. Elle enfanta encore son frère."

Voici ce que dit la Bible de Jérusalem :

"Elle conçut et enfanta Caïn et elle dit: 'J'ai acquis un homme de par Yahvé.' Elle donna aussi le jour à Abel, frère de Caïn."

Voici le commentaire que fait J.-B. Pontalis à ce sujet:

"Je viens de lire le subtil commentaire que l'écrivain israélien, Abraham B. Yehoshua, a donné de l'épisode. Il m'a fait entrevoir autre chose. D'abord l'auteur relève la différence du récit biblique en ce qui concerne la naissance des deux frères." [Suit la citation des versets].

Commentaire de Pontalis: "...à croire que ce fils-là, le premier, est un don de Dieu, qu'il existe entre Eve et Yahvé un lieu de 'connaissance'. Rien de tel dans la conception d'Abel."

[Suit la citation du verset et le commentaire de Yehoshua]

"Dès le début, l'existence d'Abel se 'résume' à être le frère de Caïn.
Comment ne pas se confondre avec ce 'résumé' ? Faut-il qu'un des deux frères triomphe sur l'autre, l'anéantisse, pour exister ? Est-ce un malheureux destin ou un destin enviable que d'être frère du précédent ?"
J.-B. Pontalis, Frère du précédent,Gallimard, 2006, pp. 34-35.



Vous ne rapportez pas non plus la suite. Vous faites comme l'avait fait Pontalis dans un premier temps, et ne retenez que : "Tu seras errant et vagabond sur la terre." Or, à la plainte que Caïn adresse à Dieu, Yavhé répond:

"Aussi bien, si quelqu'un tue Caïn, on le vengera sept fois et Yavhé mit un signe sur Caïn, afin que le premier venu ne le frappât point. Caïn se retira de la présence de Yavhé et séjourna au pays de Nod, à l'Orient d'Eden."
Bible de Jérusalem, Gen. 4, 15-16.

Commentaire de Pontalis:

"Alors, à quoi s'attend-on ? à ce que Yavhé maudisse le criminel ? Il le fait, sans toutefois paraître bien affecté par la mort d'Abel. Il prédit à Caïn un destin funeste, il le condamne à l'errance, ce sera pour toujours un fugitif, ce sera, croyais-je, un éternel coupable: "L'oeil était dans la tombe..." Je me trompais: dans le même temps où il est maudit, le voilà protégé." [Suit la citation de Gen. 4, 16-17].

"Là-dessus Caïn peut partir tranquille. Il bâtit une ville à laquelle il donne le nom de son fils, Henoch. Pour un peu, le meurtrier serait à l'origine de la civilisation. Je suis alors près de m'écrier, comme un enfant, 'c'est trop injuste à la fin', mots qui me reviennent chaque fois que je me trouve maltraité, délaissé. Malheureux Abel, l'innocent, l'oublié de Dieu ! D'Abel, victime, je ne suis pas loin de faire mon héros."
J.-B. Pontalis, Frère du précédent, p. 34.

Pour mémoire: Abel, en hébreu, signifie: le souffle, celui qui ne fait que passer.

Merci, Angèle, de cette relecture. C'est vrai, nous en sommes tous restés à Hugo, et à Caïn le maudit. Et Pontalis le reconnaît lui-même. Qui, après relecture de la Bible et de ses plus éminents exégètes, est complètement revenu sur ce qu'il imaginait. C'est-à-dire un total contre-sens sur l'histoire d'Abel et Caïn. Je suis sûr que pour la plupart d'entre nous "Caïn le protégé et l'élu de Yahvé", c'est un véritable scoop.

Eh oui, Yves, Caïn n'est pas un errant, c'est un constructeur de villes, un urbaniste, un architecte. Et donc un sédentaire.

Je cite : "Il devint un constructeur de ville et il donna à la ville le nom de son fils, Henoch" (Gen. 4, 17).

Il faut attendre la 6ème génération de descendants de Caïn pour retrouver des errants, c'est-à-dire des nomades.

"Adieu aux armes", "adieu aux larmes", quelle différence ?
Etrange comme le frère représente toujours cette plaie douloureuse et néanmoins indispensable.
J'en veux pour preuve "toi le frère que je n'ai jamais eu..." de, oui, lui encore, le rebelle qui sait se faire tendre poète. Une bien belle chanson de l'ami Maxime...
Et je m'interroge : existe-t-il cette relation à double tranchant entre soeurs ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.