« 27 avril 1937/Inauguration des studios de Cinecittà | Accueil | Yves Bonnefoy/Les Planches courbes (XII) »

27 avril 2006

Commentaires

définitivement belle cette "terre de femmes"... je m'y sens bien, comme si j'étais en Corse:)

Heureuse et très émue , allegra, que ces Terres de femmes soient "aussi" votre port d'attache. "Définitivement" belles ? Et que faites-vous de la marge d'incertitude de toute terre îlienne, dont les frontières sont par dé-fini-tion in-dé-finies ? Allegra, ma non troppo :)

C'est justement l'incertitude de toute île qui me plaît. Ça devient un paradoxe et voilà une autre chose qui m'attire.
"longs et
lointains
sont les vers
d'un poète insulaire"

Allégretto (Expansion)

« Ce matin Sisyphe a fait rouler sa pierre un peu plus tôt, et un peu plus vite qu’à l’accoutumée.

Lorsqu’elle se fût stabilisée, à une distance qui lui parut soudain amicale,
Sisyphe lui tourna le dos, examinant l’aube aux doigts d’orfèvre, tandis qu’elle ciselait de ravissants sommets.

Pour rejoindre le texte, il n’y a pas d’autoroute se dit-il.

Il faut se frayer un chemin de brodeuse à la main les yeux bandés et sans urgence. »


Carole Darricarrère, Tectonique des plaques, page 137.

belle réponse...
je m'appele ângela :)

La réponse est chez vous... et en WMA.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.