« Malika Assimi | Mariam | Accueil | Jorge Luis Borges | Le Sud »

18 avril 2006

Commentaires

Chère Angèle

La première fois que j’ai entendu parler de Ezra Pound, c’était par Bob Dylan dans les années soixante dans sa "Desolation Row" !

"...Praise be to Nero's Neptune
The Titanic sails at dawn
And everybody's shouting
"Which Side Are You On?"
And Ezra Pound and T.S. Eliot
Fighting in the captain's tower
While calypso singers laugh at them
And fishermen hold flowers
Between the windows of the sea
Where lovely mermaids flow
And nobody has to think too much
About Desolation Row..."


"...Loué soit le Neptune de Néron
Le Titanic navigue à l’aube,
Et tout le monde crie
"Dans quel camp es-tu?"
Et Ezra Pound et T.S. Eliot
Luttent dans la tour du capitaine
Tandis que les chanteurs de calypso rient d’eux
Et que les pêcheurs tiennent des fleurs
Entre les fenêtres de la mer
Où nagent d’adorables sirènes
Et personne ne pense trop
A l’Allée de la désolation..."

Il y a bien sûr un rapport entre le poète folk protest singer et Ezra Pound qui préconisait une poésie qui ne comporte aucun terme abstrait… C’est aussi, me semble-t-il, une caractéristique de votre écriture !

Même si je ne suis pas un spécialiste de poésie (un amateur seulement !), j'aimerais également ajouter que le travail que vous avez entrepris ici même pour évoquer Yves Bonnefoy m’enchante… Mon baccalauréat, hélas, est bien loin et mes images parfois abstraites… Mais j’apprécie tout particulièrement de les voir se mêler aux lignes de vos Terres de Femmes !

Amicizia
Guidu ____

PS : Ecoutez quelques mesures de Desolation Row dans une version de 1995. Bob Dylan a certes vieilli mais il y est toujours très émouvant et je recommande aux lecteurs de TdF de voir No Direction Home : Bob Dylan, un film de Martin Scorsese, DVD Paramount Vidéo, novembre 2005.


Bob Dylan, la voix de l'Amérique subversive. Que n'ont-ils été plus nombreux comme lui... "The answer, my friend, is blowing in the wind"... (I) et (II).


Quel bonheur de lire ce type de messages. Voilà qui me requinque pour la journée. Bon, tout n'est pas perdu...


Dans le cadre de la programmation La cité des yeux/Une saison italienne, le film de Vanni Ronsisvalle Une heure avec Ezra Pound [Un'ora con Ezra Pound]* (1968) est projeté ce jour (vendredi 3 octobre à 19h30) à la Cinémathèque française (salle Georges Franju). Extrait sur YouTube où Pier Paolo Pasolini lit notamment en italien le Canto LXXXI.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.