« JFAHaïku | Accueil | Anne-Marie Albiach | Le chemin de l’ermitage »

07 février 2006

Commentaires


Flap ... l'oiseau se pose et dépose ...

*

Frontière
Limite lisse
Mes pas se heurtent
Aux pointillés tracés

L'horloge
Sonne cette heure
Temps dérisoire
D'une aiguille effacée

La porte
Sur toi se claque
Brouillant l'image
D'une altérité

*

busard


TOLLARE

Limen de mon âme
invisible
je te nomme

assoiffée d’espace
là-bas au bout
de terres indociles

je te sais
assaillie
de tempêtes extrêmes

tour
imprenable
tu me cries

Tollare

l’intouchable
l’indivisible
qui se dérobe

intolérante
à mes désirs

D.R. Texte angèlepaoli


Flap ... Angèle

"Tollare"
quel en est la signification ?

Bel enchaînement !!!

buz

Tollare est un lieu-dit, un porticellu (petit port de pêche) en face de l'île de la Giraglia, en haut du Cap Corse. Le "bout du monde", quoi ! Où s'est notamment réfugié un brillant écrivain qui a la nostalgie des départs. Au dire de certains philologues, Tollare serait un mot d'origine étrusque dont l'équivalent latin est limen = seuil, frontière.

A SETE _________

- un texte d'Italique, alias Sept de Cœur reçu par mail -

A Sète, il y eut des ports et des plages pourpres
et des fenêtres au ventre bleu
Mais l’aveugle s’y perd,
Qui a la lumière dans le dos

Il y eut des fers où l’on s’écroule
En mâchant des oranges
Entre deux porches les couleurs
Effraient

Le ventre des sanguines nous saigne dans la bouche

Amicizia
Guidu ________

PS : Bientôt : des minimalismes…

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.