« 31 décembre 1869 | Naissance d’Henri Matisse | Accueil | »

01 janvier 2006

Commentaires

Que j'aime ce poème !
"La pluie est lasse comme cette main,
retournée immobile sur la page blanche."

Pour moi qui habite un pays de pluies et de brumes, pour moi qui suis lasse d'écrire, cette image est forte.

Encore merci, Angèle !

Merci, Nobody. Merci pour Rita, qui a un très grand talent, et dont j'aimerais tellement pouvoir traduire l'intégralité de ce recueil. Mais quel exercice difficile et exigeant ! Car il ne s'agit pas seulement de traduire, mais de trouver la petite musique intérieure, la tonalité ou la coloration spécifiques. Yves, mon compagnon et webmestre, qui est un grand amateur de jazz, me dirait : trouver la "blue note".
Plusieurs lectrices et lecteurs m'ont dit, en effet, avoir beaucoup aimé ce poème, comme Florence par exemple, qui l'a mis en avant dans Poezibao.

« D’oubli éphémère est ce soir.
Il me narre l’histoire que j’ai perdue. ..."
Je le garde tout entier ce poème tant il me chavire et colle à la peau de ces derniers jours.

Anghjula cara, che grande piacere rientrare a casa e trovare la tua traduzione, grazie di cuore, gran bello inaugurare così l'anno nuovo! :)
Vado su poezibao...
Ti lascio anche i saluti di Alfredo, che ha difficoltà ad aprire TdF.
A presto, cara amica.


Nobody, Chrysalide, je vous remercie pour votre appréciation! :)

beautiful ,

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.