« Alejandra Pizarnik, Œuvre poétique | Accueil | 14 janvier 1934 | Journal d’Anaïs Nin »

13 janvier 2006

Commentaires

Ah, l'image et le rythme sont impressionnants !

Le rythme m'est essentiel, la note aussi et

"couché sous l’écorce rude d’un tronc caché
le gorget teint du sang du dernier sanglier"

me comble !
C'est curieux comme l'alexandrin est puissant ! J'accorde à ce passage un Ré majeur, ma note préférée...

Merci, Angèle !

Merci pour le ré majeur, nobody. Je suis allée fouiner dans ma réserve de musique. J'ai pu y dénicher un air à ma manière dont j'aimerais bien vous faire cadeau. Un cadeau en ré majeur évidemment. Devinez. C'est une compositrice, mais pas Clara...

Merci Angèle, très beau morceau, très belle interprétation... Tu dévoileras le nom de la compositrice ?

A bientôt ! Je vais t'envoyer un poème...

Oui, Nobody, bien sûr. C'est Fanny Mendelssohn dans un Trio pour piano en ré majeur (ici le Premier mouvement, Allegro molto vivace). Références : CD Helios CDH55078.

J'attends avec fébrilité ton poème...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.