« Jean-Paul de Dadelsen | Les vergers de Tombouctou | Accueil | L'Amourier/Le Jardin de l’éditeur »

07 janvier 2006

Commentaires

Dans l'oeuvre de Stendhal, chère entre toutes, cet ouvrage tient une place particulière. On me l'a offert pour mes 25 ans dans une belle édition, et je l'ai lu dans un temps point trop heureux pour moi.

Pourtant, chaque fois que je l'ouvrais, les nuages se dissipaient : un rayon de soleil les chassait ; ce ton allègre et tranquille, cette flânerie douce et vive, ce savoir infus dans le mouvement même de la plume, me charmaient immanquablement.

Merci Mister Beyle… et à vous Angèle, pour cette juste évocation.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.