« Le Passeur de mélancolie, 7 | Accueil | Israël Eliraz | maintenant comment poursuivre ? »

19 janvier 2006

Commentaires

Je trouve ce roman rempli d'émotions très vives, comme les souffrances des deux adolescents, mais aussi la tristesse des deux mères.
Ce livre devrait faire réfléchir un peu la jeunesse de notre temps qui en un simple regard tombe "amoureuse" de n'importe qui et qui endure des ennuis par la suite.
De nos jours, nous pouvons tirer des moralités de ce roman, où l'amour amical est plus approfondi et où amour et amitié se confondent très facilement.

je trouve que ce roman est très beau mais qu' il y a trop de problèmes et que le dénouement est trop tragique. On ne connaîtra jamais la fin...

Trop de problèmes ? Non, plutôt des difficultés qui sont celles d'une autre époque et de ce fait vous semblent peut-être un peu dépassées.
Tout dénouement est par nature tragique puisqu'il n'est de vie qui ne se solde par la mort. Sans laquelle il n'y aurait pas de vie. La fin, dans le roman de Bernardin de Saint-Pierre, c'est le naufrage, la mort de Virginie, le désespoir de Paul. Que faut-il attendre de plus ?

Ce roman, lu à l'école il y a plus de 40 ans, m'a marquée par son idée de la critique de la civilisation en métropole par rapport à la vie sauvage sous les tropiques. Contraste bien illustré par la fin de Virginie qui n'a pas voulu se déshabiller lors du naufrage du bateau de retour. L'eau a alourdi sa robe et elle fut aspirée au fond. Sa pudeur, acquise lors de son éducation en France, a provoqué sa perte.
J'y pense souvent en voyant des musulmanes nager avec leurs robes, ceci sans vouloir les critiquer, ni condamner cette interprétation de l'islam, mais je ne peux m'empêcher d'établir une comparaison... ceci à titre purement personnel...

On peut considérer ce roman comme un hymne à la vertu .


ce livre rend justement l'amour que l'on peut porter à quelqu'un plus douloureux encore. L'amour, et notre manière personnelle de l'extérioriser, ne tient qu'à nous, et non pas à notre génération. Ce sont les mœurs, au cœur de ce roman, qui entravent la liberté d'aimer. Ce n'est pas la dépravation de la jeunesse du XXIe siècle qui nous fait tomber amoureux le temps d'un battement de paupières, mais c’est notre siècle qui nous fait refouler ou non notre amour. Nous ne sommes pas plus libertins ou plus corrompus que les générations précédentes, nous sommes plus libres.

Marie, 17 ans

Ce livre est facile à lire et donne envie de le faire découvrir aux autres. J'ai découvert ce livre grâce à ma professeur de francais. Je la remercie.

PAUL ET VIRGINIE est vraiment un chef d'oeuvre car elle s'inscrit dans l'idéologie du siècle des lumières et en est une preuve que la nature est notre vraie mère qui nous protègera toujours contre la corruption de la vie mondaine qui en apparence est un développement mais en réalité elle sera la seule cause du malheur de l'homme,cause qu'il a lui-même créée, donc l'homme aveuglé et assoiffé par la prospérité et le pouvoir a préparé sa tombe et s'est crevé les yeux avec ses propres mains tout comme OEDIPE mais la différence c'est que l'acte de ce dernier est bien mérité et justifié tandis que l'HOMME avait le choix de vivre dans le bonheur naturel mais il a choisi sa destruction à petits feux. Les prémisses de cette destruction commencèrent déjà à surgir mais ce n'est que le début d'un drame inéluctable de l'humanité;mais en fait ce choix ou bien cette erreur qu'a commise l'Homme existait depuis ADAM ET EVE et donc c'est originel comme erreur.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.