« Le Passeur de mélancolie, 5 | Accueil | Le Passeur de mélancolie, 6 »

17 janvier 2006

Commentaires


Qu'il est magnifique ce photo-collage, une fois de plus de Guidu ; ce rideau de lumière (divine ?) qui se déverse sur les pieux fringants et brillants, comme lavés des péchés que les fidèles y laissent. J'aime aussi dans ce clair-obscur le mélange des formes douces du vitrail et de l'arche et celles plus austères de la nef et des piliers. Et que dire de cette statue aux airs de déesse hindoue dont certains traits du visage encore jeune sont cependant grêlés par l'usure irrémédiable du temps qui passe et n'en finit pas de s'écouler ? La foi à l'épreuve du temps, beau défi pour le mouton mécréant du poème...



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.