« Paul Celan | TANT D’ASTRES | Accueil | 6 décembre 1909 | Lettre de James Joyce à Nora Barnacle Joyce »

06 décembre 2005

Commentaires

Flap ... mots pour maux ...

Les mots se sont posés puis se sont envolés, n'imprégnant que les rêves.
Mots trompeurs d'intentions cachées préservant le moi de l'autre.
Agiles et charmeurs, habiles à la manoeuvre, ils servent en êtres serviles et sobres.
Flèches décochées pour teindre la douleur d'un pastel alangui qui s'écoule en source délectable.
Derrière les mots leur auteur s'offre une nouvelle parure.
Le lecteur les reçoit sans prendre garde à leur caractère opiacé.
L'esprit, le bel esprit en savoure l'amertume.

...

busard

Chère Angèle,
Il n’y a pas de connaissance sans amour et toutes les histoires sont des histoires d’amour. Pourtant l’idée que l’amour ne suffit pas est particulièrement douloureuse. C’est peut-être pour cela que les cœurs ne guérissent pas d’aimer - la neige ne guérit pas de sa blancheur - et que notre besoin de consolation est insatiable contre les mots privés de cendre qui tant hantèrent l’ange Nelly. Merci Angèle, de votre beau texte.
Al.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.