« Saint-John Perse | Me voici restitué[e] à ma rive natale | Accueil | Giaco rue d'Alésia »

15 décembre 2005

Commentaires

Angèle,
C'est avec grand plaisir que je lis ton papier sur la grande Silvia Mangano, merci d'avoir su la rappeler à notre souvenir. Ton évocation de Violence et Passion ramène également à ma mémoire le non moins merveilleux Helmut Berger, ténébreux et fascinant Konrad de ce film. Je suis en pâmoison !


Je conserve de cette femme sublime le souvenir d'un profil, d'une extrême finesse, vu dans le film de Pasolini, Théorème, je crois (ou bien était-ce
Oedipe-roi ?)

J'apprends avec tristesse sa mort prématurée (à 59 ans),
emporté par ce vilain crabe qui fait tant de ravages...
Je suis sûre que sa beauté extérieure était celle d'une personne, forcément belle intérieurement aussi...
Paix à son âme !



Riz amer, on aurait aimé planter le riz avec elle, et puis ce Visconti dont vous parlez si bien... Certains anniversaires reviennent (malgré tout) avec plaisir.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.