« Jean-Pierre Faye | Je commence un pays | Accueil | Natalie Clifford Barney | Apophtegmes de l’Amazone »

08 juillet 2005

Commentaires

La nuit tombe, vous frôle en passant de son aile noire toute humide...
Rentre !
c'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille...

mots empruntés à Daudet et Théophile Gautier

quel bel endroit pour écrire, une pensée pour vous deux...

Mademoiselle de Maupin, Séraphîta, Orlando... le cortège des sphinges qui nourrissent mon imaginaire et mes terres de culture à mes heures d'inspiration romantique... un univers très en retrait des boucs et faunes de la mythologie tragique des terres de Méditerranée. Qui sont mes terres d'origine.
Où suis-je, qui suis-je ?
Je t'embrasse, Elisanne.

____ Ton Solitaire / Art Mengo ____


Les femmes dans leurs bijoux
Ont des secrets sertis
Cachés sous des cailloux
Qu'aucun mot ne trahit

Elles balancent à leurs cous
L'or des amants plaqués
Pour masquer tous les coups
Que la vie sait donner

Je reste un solitaire
Une pierre dans tes rivières
Mais c'est la seule qui
Roule la nuit dans ton lit
Une pierre dans tes rivières….

Les femmes dans leurs bijoux
Glissent des sentiments
Qui perlent sur leurs joues
Quand elles voient qu'on leur ment

Elles ont des gestes doux
Perdues dans l'au-delà
Pour des bagues à dix sous
Qu'elles baladent sur leurs doigts

Je reste un solitaire….

Les femmes dans leurs bijoux
Ont des secrets sertis
Cachés sous des cailloux
Qu'aucun mot ne trahit

Les femmes sans leurs bijoux
Ont dans leurs yeux l'opium
Deux diam's qui font joujou
Avec le peuple des hommes

Je reste un solitaire
Une pierre dans tes rivières….


__ M. Estève /Art Mengo __


Baci
Guidu___

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.