« Fabio Pusterla | [Entre-deux] | Accueil | Julian Searle Page et le Mulinu di Pendente »

31 juillet 2005

Commentaires

Ti ringrazio dell'accoglienza Angèle, e delle visite e dei link...è bellissima la tua terra, ricca e feconda di cultura, idee, poesia. Vado a risponderti anche su inoui per quanto là mi chiedi.
E vado a tradurmi questi tuoi versi con domenicale tranquillità per meglio assaporarli.

si je savais parler et lire l'italien, je te l'écrirais, si je savais lire et écrire le portugais ou l'espagnol je te l'écrirais, si je savais lire et écrire le corse je te l'écrirais, je te l'assure je te l'écrirais,
mais que pourrais-je t'écrire ?
clem.


Chère Angèle,
le temps aléatoire de mes déambulations blogosphériques me mène invariablement ici. J'y découvre des mots qui résonnent avec mes ailleurs, mon corps paradoxal avide et de partance, et de repos (états, cela dit, qui ne sont pas toujours incompatibles). Avant le départ pour le Maroc, je me suis arrêtée sur la corse terres de femmes. Je pars bientôt pour P.E.I et me revoilà encore ! Mouvement d'épeire-diadème et reconnaissances homonymiques de l'épair. Dans les fils, dans les épaisseurs et dans la transparence de Terres de femmes, je trouve toujours asile poétique. Merci! Au plaisir de vous relire à mon retour fin août (à moins que sur l'île où je prendrai racine pour quelque temps ne se trouve pas trop loin de mes quartiers - faut dire que je me prédis paresseuse... - un petit café internet).
Amitiés,
La Juvéniste

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.