« 4 juin 1983 | Les Paravents de Genet aux Amandiers | Accueil | Pier Paolo Pasolini | El cuòr su l’aqua »

04 juin 2005

Commentaires

Merci très chère Anghjula pour ce texte que j'adore car il en dit beaucoup avec peu, sur notre île impitoyable...
Oui elle est façonnée par ces "TAIRES DE FEMMES" là aussi !
L'unique image acceptable de la Corse est celle véhiculée par le tourisme. Quelle affaire ! Des splendides panoramas, des collines d'oliviers qui se jettent dans la mer, des plages de vacances où les troupes disciplinées pendant les autres mois vont s'octroyer un moment de liberté, de soleil, de redécouverte de la nature et du corps. Tout au plus la bouffée d'air accordée comme une compensation à une vie étouffée toute l'année par un travail sans pores et sans respiration. Les croisières, les aventures, les nuits chaudes en plein air. Cette Méditerranée des vacances est la seule admise et la seule acceptée.
Nous, nous en savons bien plus …
Et voici ce que j’ai envie de dire aux :

AGENCES DE VOYAGES_____________

Au pied d'un olivier
Rien qu'une seule ligne
Feston gris clair des pierres
Traits sous le soleil
Cliquetis des cigales
Amers des Hellènes
Points noirs sur le sentier
Voilà que tout se mêle
Et j'en perds la vue.
Des volets bleu azur
S'entrouvrent sur la mer.
Ce sourire des maisons
Coups de pinceaux dans la crique,
Rappelle aux visiteurs
Des souvenirs gris vert,
L'horreur des dictatures,
La fin des chimères,
L'amnésie du temps,
L'absence de l'éternel,
L'irrévérence du présent,
La complaisance des marchands.

Amicizia
Guidu ___________

Les deux poèmes sont comme un écho, comme ces chants corses, ces voix qui se répondent, l'imaginaire vagabonde entre le figuier et l'olivier...
Bonne soirée Angèle...
(Moi aussi j'ai parlé de ma terre natale en mettant quelques photos de ma balade dominicale)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.