« Sayers Peig, une grande conteuse irlandaise | Accueil | La jeune poésie algérienne d’aujourd’hui »

01 juin 2005

Commentaires

Merci Angèle, ce nocturne de Fauré accompagne ces mots superbes, merci à Yves également pour l'indication du site, trois suffiront-ils, je me le demande
mais "le deuil partagé aura l’allure d’une fête "
Bonne journée

trois jours...

Elisanne, tout ceci va paraître un tantinet confidentiel pour les lectrices et lecteurs de Terres de femmes. Allusion était faite à la superbe page que Jean-Luc Fradet a consacrée aux Berceaux de Gabriel Fauré (sur un poème de Sully-Prudhomme) = 16 versions différentes, pas moins ! Je suis d'accord avec JLF. Difficile de se remettre de l'interprétation de Véronique Gens. Allez, ne soyons pas pingres, je donne le lien pour cette dernière interprétation. Ames sensibles, s'abstenir. ET mille et une fois merci à JLF.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.