« Carole Darricarrère | Les doubles jeux du (Je) | Accueil | Joan Miró/Étreintes »

20 mai 2005

Commentaires

On appelle ceci "synchronicity" en anglais. Je retrouve, enfoui dans les paquets que mes parents m'ont apportés d'Italie, le dernier Luzi...

DE BONIFACIO A LIPARI ____________

Rien ! Enfin presque. L'innommable. L'indicible. L'indescriptible. L'abstrait.
Bleu marine. Bleu ciel. La rencontre des deux. L'horizon les distingue, mes yeux aussi.
Puis, une touche de carmin, le rouge du drapeau tricolore, le sang de la commune, le peuple de Paris. La guillotine.
La mer : lieu de l'énumération le moins propice à l'exaltation, à l'extirpation, le contraire de l'ennui, son exact contraire, l'indolence.

Amicizia
Guidu _______


La rencontre des deux ou la rencontre des dieux ? Je pensais à l'instant au cri d'Ulysse : "Kallistè", alors qu'il venait de découvrir les côtes d'une île inconnue. La Corse, si j'ai bonne mémoire. Kallistè, c'est aussi Callisto, la plus sublime des nymphes.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.