« Ana Nuño | Sextina de mis muertos | Accueil | Vagues en dérive (sextine) »

13 mai 2005

Commentaires

En Méditerranée Occidentale tout le monde connaît Atlantide, cette île noyée sous la mer. Corsica en est la partie émergée. Comme le vent dans le gréement des vaisseaux, elle chante l'appel des confins. Sirène dotée du verbe des légendes, elle conte des histoires sans fin.
Dans son sillage, elle compose des itinéraires à suivre comme un trait d’union sur une carte marine devenue illisible. Offrant chaque fois des pistes sur les dunes marines la houle les fait disparaître puis resurgir. Calligraphiant les âmes elle décrit des continents indistincts. Laissant derrière elle des paléographies empreintes de songes vers une nouvelle destination toujours elle avance. Issue des profondeurs en émergeant à la surface, elle s’arroge la mémoire de lignes imaginaires qui à l’infini se confondent …

C’est à peu près de la sorte que je vous imagine chère Angèle…

Merci donc pour votre - Danse libre - !
Amicizia
Guidu_____

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.