« Carole Darricarrère | Imagine qu’un matin... | Accueil | 16 mai 1926 | Freud renonce à participer au mouvement psychanalytique »

16 mai 2005

Commentaires

J'aime ces quelques lignes. L'air liquide du soir, en effet, ressemble à la pluie, à ces moments de passage entre un soleil et l'autre

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.