« Antonella Anedda | mai, nuit | Accueil | Noirs bambous »

30 mai 2005

Commentaires

Trop glacé ce portrait? Peut-être ne dégageait-il pas cette vivacité qui lui était chère mais personnellement, je le trouve beau et porteur. Il se dégage une telle intensité de son regard et puis cette main sur sa poitrine, cette épaule dénudée, ces tons... je trouve au contraire cela empli de vie et de chaleur.

Sur le site Vive Voix, un autre poème issu du recueil Le Cœur innombrable : "Le Temps de vivre", dit par Madeleine Renaud.


En ce moment, au collège, je travaille sur Anna Elisabeth de Noailles, étant donné que mon collège porte son nom. Au début, l'idée ne m'enchantait guère, je dirais même pas du tout. Mais plus les jours ont passé et plus je me suis intéressée à elle et aujourd'hui je suis fière que mon collège porte son nom, car Anna De Noailles était une grande dame. Je trouve ce quelle écrit formidable.

Une très bonne idée de situer ce texte par rapport à son époque. De nombreuses informations fiables et utiles, merci.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.