« Guy Goffette | Jalousie | Accueil | 23 avril 1983/Inauguration au Grand Palais d’une rétrospective Manet »

22 avril 2005

Commentaires

Même à une Italienne d'une région proche, il faut une traduction pour pénétrer les secrets du Furlano. Mais après, est-ce beau. Je retiens ce mot doux, "sidina", petite "zitta", petite femme qui se taît.

Oui, c'est exact, Giulia. D'ailleurs les poèmes de jeunesse (Poèmes à Casarsa et Suite furlana) de Pasolini, tels que publiés dans la collection Poésie de Gallimard, mais aussi dans l'édition originale de 1954, sont accompagnés d'une traduction en italien. Comme le souligne Dominique Fernandez, Pasolini avait jugé cette solution préférable à l'établissement d'un glossaire : "Plutôt que de n'être pas lu, disait Pasolini, mieux vaut être lu dans ces traductions". C'est d'après cette traduction en italien que Fernandez a lui-même entrepris sa traduction en français.

Je suis lombarde et je comprends bien le vénitien. Mais j'ai buté sur les mots "fevela" (elle parle) et "sidina" (muette). Comme sur "ta" pour "dans", qui se dit chez moi "'nta". Mais une fois qu'on a compris le sens le son revient tout naturellement...

Giulia, as-tu pensé à cliquer sur le lien pasolini.net que je donne ci-dessus ? On y entend Giovanna Marini dans Il dì da la me muàrt. C'est un document intéressant, même si cette cantate de Giovanna Marini est très marquée par son époque.

A propos de Pier Paolo PASOLINI:
Savez-vous que Gino Valle, célèbre architecte designer, pour Olivetti notamment, frioulan aussi, a projeté pour l’écrivain-cinéaste, disparu dans des conditions tragiques sur la plage d’Ostie en 1975, une sépulture simplissime ?
Vous en saurez plus ICI !

Amicizia
Guidu ____________

Merci, Guidu pour ce lien sur Gino Valle et sur la tombe de Pasolini, toute de sobriété douce. Elle contraste étrangement, cette tombe, avec celle de Renato Guttuso, rutilante de marbres, imposante, "quasi mussoliniana". J’ai eu l'occasion de voir la tombe de Guttuso à Bagheria, dans les jardins de la Villa Cattolica. Transformée en musée consacré au célèbre peintre bagheriote.

Michelangela, il y a de très belles oeuvres sur le site de RENATO GUTTUSO !

Amicizia
Guidu____________


A l'occasion du trentième anniversaire de la mort de Pasolini, le Museo in Trastevere de Rome rend hommage au metteur en scène et homme de lettres dans le cadre d'une exposition, Pasolini et Rome. Margini e confini, qui se tient jusqu'au 22 janvier 2006. Commissaires d'exposition : Enzo Siciliano e Federica Pirani.

Parallèlement, intellectuels, écrivains, acteurs, poètes et amis participent à un cycle de rencontres et conférences pour évoquer le souvenir du metteur en scène et homme de lettres (bolognais de naissance, mais romain d'adoption), assassiné à Ostie dans des circonstances non encore élucidées.

Ce cycle de rencontres se déroule dans les lieux les plus divers de la capitale, depuis l’Auditorium jusqu’au Musée du Trastevere, en passant par le cinéma Trevi, la Maison des Littératures (Villa Poniatowski, nouveau siège de la Casa delle Letterature), le Théâtre Argentina et la Maison du cinéma.

« Sa voix a été celle d’un prophète ... qui avait le don merveilleux de dire les choses avant son temps... et Rome veut lui rendre hommage de la façon la plus digne qui soit... Nous voulons restituer la force éthique et politique de Pasolini pour en faire un signe d'espoir pour les jeunes générations », dit le maire de Rome, Walter Veltroni, qui vient de se constituer partie civile (au nom de la commune de Rome) pour la réouverture d'une enquête sur les circonstances de la mort de Pasolini.


Programmation des différentes manifestations connues:

- Ce 2 novembre, à l’Auditorium, Sala Santa Cecilia, sont projetés des documents d’archives rares, propriété de la RAI. Documents dans lesquels Pasolini donne quelques clés de lecture de son œuvre.

- Jusqu'au 6 novembre, le même Auditorium accueille également une exposition photographique sur Salò ou les 120 journées de Sodome, avec des centaines de clichés inédits, réalisés par Fabian Cavallos sur le tournage même du film. Restauré par la Cinémathèque nationale, le film sera projeté à la prochaine Biennale de Venise. Le Musée du Trastevere se consacre, lui, plus particulièrement à la rencontre de Pasolini avec la capitale. Et sur les écrans du cinéma Trevi est projetée l'intégralité de l’œuvre filmique de Pasolini.

Deux soirées sont programmées au Théâtre Argentina :

- la seconde édition du Prix de la poésie créé par Dacia Maraini (prix pour lequel se sont déjà portés candidats 94 auteurs);
- un prix spécial « Blu Notte live » au cours duquel Carlo Lucarelli parcourra la chronologie des événements concernant la mort de Pasolini, et cherchera « à coordonner les faits et à en reconstituer la logique ».

- Le 28 novembre, enfin, la Maison du cinéma accueillera une kermesse pasolinienne. De dix heures à minuit, de jeunes acteurs liront à voix haute « Les mots » de Pasolini. Tandis que, du 7 au 9 novembre, à la Villa Médicis, une rétrospective sera consacrée au "Pasolini documentariste et anthropologue". L'organisation et la coordination de cette rétrospective ont été confiées à Stefania Parigi.

Pour en savoir plus, voir RomArt.


E' molto bello questo tuo spazio in rete. Ritornerò a trovarti ancora. Mapi

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.