« Voyage | Accueil | Exposition Alfred Manessier (Amiens) »

01 avril 2005

Commentaires

quelle tristesse dans ce poème... lettre à celui qui s'évanouit lentement...

"...Les ténèbres sont elles-mêmes des toiles
où vivent, jaillissant de mon oeil par milliers,
Des êtres disparus aux regards familiers."
Baudelaire

« Laisses de mer », je ne peux laisser passer. C'est un beau chant mélancolique et nostalgique et les photos de Guidu sont toujours aussi belles. Pourquoi les chants les plus tristes sont-ils toujours les plus beaux ? J'aimerais bien parfois l'inverse (et non l'averse).

Cette nuit j’ai rêvé que l’on m’ interdisait de faire des photos ! Pour vous Angèle, je les ai faites quand même, les voici :
____________

Un nègre aux dents jaunes vêtu de gris pousse un immense éclat de rire dans la trouée d'azur tachée.

On ne distingue plus le gris bleu du ciel de la mer figée comme du plomb.

Une interminable série de vagues se confond avec des arbres de cuivre jaune.

Les murs de la ville s'écroulent dans une poudre de talc opaque.

La course de la lune rattrape le cheval violine de l'ombre dans une course effrénée.

Le vacarme insoutenable que produit le silence se confond avec le doux clapotis de l'étang qui vient d'apparaître au pied d'une falaise.

Une herbe rougeâtre s'accoude mollement sur la chaise pendue par un pied, elle descend d'un plafond oblique au bout d'un fil de nylon invisible.

La surface de l’immense champ recouvert de sable jaune est plane mais modulée par une série de stries disposées géométriquement comme les dessins que l'on voit sur le dos des zèbres …

__________

Me direz vous celle, ou celles que vous préférez ?

Grazie
Amicizia
Guidu____

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.