« Feux de jardin | Accueil | 4 mars 1989 | Cinq césars pour le film Camille Claudel »

03 mars 2005

Commentaires

Qui a dit qu’il était mort?
On a simplement clos les volets de ses paupières
et allumé un cierge pour rassurer son ombre
Son nom gravé dans la pierre ?
c’est pour apprendre aux oiseaux la dictée
et ce trou de cimetière ?
c’est pour compter les orteils du cyprès
pour l’abriter puisqu’il pleut dans sa maison
Qui parle d’enterrement ?
Il a déménagé dans la terre
pour percer avec un chardon

Venus Khoury-Ghata, La Voix des arbres, Editions Le Cherche-Midi, 2002.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.