« Julia Kristeva | Au risque de la pensée | Accueil | 26 février 1901 | Lettre de Lou Andreas-Salomé à Rainer Maria Rilke »

25 février 2005

Commentaires

et moi en lisant cela j'ai vu Gabriella à l'arrêt du bus Marcau à côté des platanes et Gabriella qui a lu le carnet d'Angèle s'est dit qu'elle ne pourrait jamais ratisser et faire brûler les feuilles des platanes qui tombaient pèle mèle, là à ses pieds, et, qui formaient un tapis d'or et Gabriella assise sur le banc en bois tout près des platanes de l'arrêt du bus, s'est dit que sous les feuilles se cachait peut-être une petite tortue et Gabriella a déposé le joli carnet d'Angèle Paoli sur le banc en bois, et, Gabriella s'est levée du banc et elle s'est approchée du tapis de feuilles dorées sur le trottoir de l'avenue de la république, et, elle s'est baissée et a soulevé les feuilles dorées des platanes et Gabriella s'est vite relevée et elle a couru vers Jean-Christophe Olive qui l'attendait en lisant lui aussi le carnet d'Angèle Paoli et, Gabriella a demandé à Jean-Christophe Olive de voir, là, sous les feuilles dorées, une jolie salamandre.
clem.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.