« L’espace fuit | Accueil | 1er mars 1853 | Traduction du Corbeau par Baudelaire »

28 février 2005

Commentaires

je viens de parcourir votre site avec un plaisir non dissimulé...


Une belle http://voyages.liberation.fr/grandes-destinations/neiges-berberes>carte postale d'hiver.

Amicizia
Guidu___


"Elle appartenait à la rude densité du ciel, aux impitoyables étendues de sable. Au vent. Elle allait enfin apprendre à s'appartenir...
Insensiblement le fennec s'était rapproché. Elle ne l'en dissuada pas. Ils s'observaient silencieusement, sans penser à rien d'autre qu'à s'imprégner l'un de l'autre des parfums de la nuit...
Qui était-elle ?
D'où venait-elle ?
Où allait-elle ?
Quel était son nom ?"

Angèle Paoli, Lalla ou le chant des sables, Editions Terres de femmes, 2008.


Le désert, mon éternelle tentation! Merci de m'y entraîner encore et encore. Peut-être y retournerai-je un prochain jour. En attendant, il continue de déposer en moi les sédiments de ma mémoire. Et je m'y rends, chaque fois que le monde me pèse. Renouer avec le sable, la marche dure et difficile, et les "gens des nuages". Mais le maquis et la mer sont là, qui m'apportent d'autres réponses.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.