« Taire de femmes, « taires » immémoriaux | Accueil | Joëlle Gardes | Ostinato e chiaroscuro »

22 décembre 2004

Commentaires


Evidemment très troublée par cette évocation qui ressemble à un millefeuilles à la frangipane...
Le seul moyen de ne pas en perturber la beauté, c'est de l'inhumer dans une lecture avec un linceul de tendresse. Je ne crois pas aux livres qui ne disent pas une certaine vérité sur à peu près tout. Que de sépulcres pour l'Amour ! Et que de Beauté de Vivre dans les Mémoires Vives, elles aussi !

Plus que jamais "Dans le sillage"... Chère Angèle...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.