« Thème et Variations sur Aphrodite | Accueil | Isula »

11 décembre 2004

Commentaires

"Je suis l'être qu'hier ton sein nu vint charmer,
Qui ne sut point assez te haïr ni t'aimer,

Que tu mangeas, ainsi que mange ton escorte,
Les crabes dont la faim se repaît de chair morte,

Tu l'enserras, avec de visqueuses douceurs,
Du même enlacement que les pieuvres, tes soeurs...

Viens, je t'accorderai le remords qui m'accable,
Sous la paix du pardon profonde et délectable."

Renée Vivien, La Rançon in Evocations, même source, page 19.

Le dialogue de la chair
et du temps
s'éprend de tes émois

historiques

il faut trouver des mots
il faut traquer des âges
non totalement

chronologiques

L'éloignement peureux
implorant fort

la concordance

Tes regards appuyés
sur la vie pulsionnelle

la tendresse et le cri
empruntant les venelles

prospectives

Tes paroles inédites
ont un goût virginal

hautement

échaudé.


Marie.Pool
Pour vous deux : Critias&AngèlePaoli
12/11/04 - 11h07

J’ajoute un poème de Paul VALERY dans CHARMES

SYLPHE

"Ni vu ni connu
Je suis le parfum
Vivant et défunt
Dans le vent venu !

Ni vu ni connu
Hasard ou génie ?
A peine venu
La tâche est finie !

Ni lu ni compris ?
Aux meilleurs esprits
Que d’erreurs promises !

Ni vu ni connu
Le temps d’un sein nu
Entre deux chemises !"

Anthologie de la poésie française établie par Georges Pompidou ,
Collection classique ,Le livre de poche,
Nouvelle édition-Hachette 1961,page 449.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.