« Mort pour rire | Accueil | Le Golo »

20 décembre 2004

Commentaires

Peut-être que cette grande salle à manger avait le tort de voler l'intimité familiale, peut-être était-ce cela qui était insupportable à la petite fille ? Et cette intimité, fût-ce au prix de quelques larmes, cette fessée provoquée chaque jour de la même façon était après tout le moyen de la retrouver, de l'obliger à se réaffirmer : ce tête-à-tête cuisant, cet entre-quatre-zieux sonore, cet aparté particulier et secret, mais aussi bien charnel, lui était réservé, à elle, et rien qu'à elle.

J'apprécie la justesse de votre approche, amour cuisant ! La petite fille était sûrement jalouse, elle voulait son père pour elle toute seule, comme au temps où, délaissée - pour une juste cause - par sa mère (envoyée en stage hors de l'île), elle avait vécu, elle, une année entière chez ses grands parents. Elle jouissait alors d'un tête-à-tête très tendre avec son papa dont elle a appris récemment, à sa grande surprise, qu'elle était la "princesse". Comment peut-elle se remettre de cette exclusivité-là?

Angèle, dans le royaume familial, toutes les petites filles sont les princesses de leur papa.
Pourquoi vouloir vous remettre de cette exclusivité ? Gardez-la en votre cœur, tout simplement.


Quelle beauté !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.