« Renée Vivien | Le Toucher | Accueil | «Voiturez-nous ici les commodités de la conversation» »

11 décembre 2004

Commentaires

MOI VOIS-TU

"Moi vois-tu, je serai près de toi
Pour que ta mémoire
Puisse garder en son sein un jardin fertile
Inondé de soleil"

EO SAI

"Eo sai saraghju quì
Pè chì memoria toia
Abbia sempre una lenza de annacquà
Un sole da ragighjà"

[...]

Moi vois-tu, je serai près de toi
Lorsque fondent les dernières neiges
Déchaînant la colère de Golu
Anéanti par les annnées mais silencieux

Je serai près de toi
Pour t'écouter encore dire cent choses et plus

Eo sai saraghju quì
Quandu strughje l'ultima neve
E chi Golu fattu si ne hè zergosu
Da l'anni sbrembatu ma silenziosu

Eo sai saraghju quì
A sente ti centu hè più cose di"


Deux couplets de EO SAI
Una tarra ci hè
© A Filetta
Paroles et Musique de Ghjuvan-Claudiu ACQUAVIVA

O TERRA

"O terra ruda di l'alti muntagni
Sempri incristata d'una nevi bianca
Senti anc'avà crescia tanti lagni
Ma di sfidà u mondu ùn sè stanca.

O terra sbancata da li frusteri
Li to ochji so li surgenti chjari
Chi lasciani scappà li so misteri
Senza chi mai qualunqua i pari.

O terra chi sott' à nimu ti stracqui
Stendu sempri ritta in i turmenti
Hà vistu scorra tanti è tanti acqui
E't'ani assaltatu tamanti venti.

O terra ricolma ad umanità
In senu à tè stani L’ossi sdrutti
So da no sumenti di libertà
E'ribombani i so voci muti.

O terra di li lochi in rivolti
Un'semu micca omini è donni morti
E'mancu bramemu d'essa sipolti
Fin tantu à facci a nostra sorti."

© A Filetta

« Je suis certain de savoir ce que tu voudrais dire. Quand viendra l’heure, réalise cette intuition, cette image dispersée dans l’eau, peut-être même le geste timide à demi-ébauché qui t’obsède depuis ton enfance. Ne te laisse pas troubler par les détails ajoutés par les mois et les années qui passent. Ils ne sont pas importants. Où que tu sois, choisis d’oublier tout ce qui t’arrive. Si tu le peux, pense à la multitude de façons dont tu dis Toi à quelqu’un qui n’est pas ça. »

Aleš Debeljak, Minutes de la peur, éditions Domens, 2001, p. 30. Poèmes traduits du slovène par Andrée Lück-Gaye.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.